Archive | décembre, 2012

2007 – Naturel Smile Project – USA

16 Déc

Le culte du corps et la culture du paraitre sont tant une religion aux États-Unis qu’ il est bon parfois de s’en moquer. Des dents toujours plus blanches pour des sourires tous identiques, jusqu’à quel seuil d’uniformisation de la beauté irons-nous ? À l’heure du tout bio, on nous vend un sourire éclatant naturel à grand coup de péroxyde de carbamide dans des bars à sourire improvisés. Autant d’actes anti-naturels et onéreux alors que l’artiste propose une méthode 100% naturelle et gratuite ! Une paire de trombones tordus au coins des lèvres tendus par un élastique derrière la tête : La beauté se démocratise…

Image

Narural Smile Project – Intégration de distributeurs de Smiles dans les cabines téléphoniques
Affiches marouflées sur panneaux de médium – Élastiques – Trombones – New York – Brodway – 2007

Image

Narural Smile Project – Intégration de distributeurs de Smiles dans les cabines téléphoniques
Affiches marouflées sur panneaux de médium – Élastiques – Trombones – New York – Brodway – 2007

Image

Narural Smile Project – Intégration de distributeurs de Smiles dans les cabines téléphoniques
Affiches marouflées sur panneaux de médium – Élastiques – Trombones – New York – Brodway – 2007

Image

Narural Smile Project – Smiles – Élastiques – Trombones – New York – Brodway – 2007

Publicités

2006 – Church Piracy Project – USA

13 Déc

Excitant car blasphématoire, l’intervention dans les églises a quelque chose de sacré. Loin de l’action rapide et stressante de la rue, l’artiste apprécie l’instant de grasse que représente le franchissement de l’interdit en un tel lieu.
L’objectif à plus long terme est l’intervention dans les mosquées et les synagogues pour que toutes les religions y aient droit… God save the art of rebellion !

Image

Church Piracy Project – Distributeur de tickets – Scotch double-face puissant
Trinity Church – New York – 2006

Image

Church Piracy Project – Tirages numériques marouflés sur panneaux – Scotch double-face puissant – Episcopal Church – New York – 2006

Image

Church Piracy Project – Tirages numériques sur panneaux – Scotch double-face puissant
St Patrick’s Cathedral  – New York – 2006

2005 – Hijacked Signs Project – USA

12 Déc

L’exercice de style préféré de l’artiste, l’illustration la plus jubilatoire de piraterie urbaine.
Le détournement informatif est un sport encore souvent pratiqué aujourd’hui par l’artiste qui ère parfois des journées entières dans la ville à la recherche du bon mot à la bonne place.

Image

Hijacked signs Project – Piratages et détournement informatifs – Stickers – New York – Grand Street – 2005

Image

Hijacked signs Project – Piratages et détournement informatifs – Pochoirs sur trottoir- New York – 2005

Image

Hijacked signs Project – Piratages et détournement informatifs – Pochoirs sur panneau – Cadillac Ranch – Route 66 – 2005

ImageImage

Hijacked signs Project – Piratages et détournement informatifs – Stickers – New York – Central Park – 2005

Bush Stop1

Hijacked signs Project – Piratages et détournement informatifs – STOP BUS(H) – Pochoir – New-York – 2005

 

 

2004 – Mc Do Garbage Project – USA / France

9 Déc

Cette performance est sans doute l’une des plus éphémère. La durée de vie des stickers marouflés sur les frontons des poubelles n’a jamais du excéder plus de 20 mn. Cependant, 17 Mac Donalds sur les 25 que compte Manhattan seront piratés en l’espace de quelques mois. Une incursion plus modeste mais néanmoins efficace verra le jour à Paris aidé par plusieurs comparses francomplices…

Image

Mc Do Garbage Project – Intervention sur poubelles – Marouflage de stickers – France – Région Parisienne – 2004

Image

Mc Do Garbage Project – Intervention sur poubelles – Marouflage de stickers – New York – 2004

2004 – Neon Signs Faded Project – USA

8 Déc

Ce projet est étrangement l’un des plus compliqué voir dangereux à mettre en œuvre.
L’extinction partielle des enseigne néons ciblées nescessite la plupart du temps une échelle, ce n’est donc pas l’action nocturne la plus discrète qui soit. De plus une fois grimpé, il faut flirter avec le courant haute-tension qui alimente les électrodes des néons. Une paire de chaussures à semelles-caoutchouc et une bonne pince coupante isolante sont obligatoires pour être hors de danger mais pas pour autant à l’abris des regards…

Image

Neon Signs Faded Project – (Amu) Semen (t Hall) Plus – New York – 2004

Image

Neon Signs Faded Project – (Peking Dy) Nasty Cock (tails) – New York – 2004

Image

Neon Signs Faded Project – Fun (eral) Home – New York – 2004

Image

Neon Signs Faded Project – Black An(g)us – New York – 2004

Image

Neon Signs Faded Project – (Roths)child Liquors– New York – 2004

2004 – No W Hotel Project – USA

6 Déc

2004, année des élections présidentielles américaines, l’engagement dans la lutte anti-Bush est fort.
Aidé par des militants déguisés en ouvriers de la voierie, cette action sera menée à l’Hotel W de New York où sera placée sur le logo de la devanture de l’hotel, une cocarde rouge qui barre le W formant ainsi le symbole W barré «No Bush!».
Avec la complicité du personneI qui fournit des pass et des uniformes de service, le papier toilette sera également remplacé dans plus de 50 suites et chambres par un papier toilette à l’éffigie de George W.

Image

No W Hotel Project – Campagne anti-Bush – Détournement in situ du logo de l’enseigne W Hotel
Contre-plaqué laqué, colle polyurethane – Time Square New York – 2004

Image

Image

No W Hotel Project – Campagne anti-Bush – Détournement in situ du logo W Hotel
Remplacement des affichettes – Couloirs de l’hotel – Time Square New York – 2004

Image

Image

Image

No W Hotel Project – Campagne anti-Bush – Performance dans plusieurs suites et chambres du W Hotel.
Remplacement du papier toilettes par du papier à l’éffigie de George W Bush – Time Square New York – 2004

2003 – Dance Traffic Signals Project – USA

4 Déc

Profitant de la panne de courant historique «The New York City Blackout of 2003» cette installation fut réalisée à Brodway à l’angle de la 7ème avenue.
Boulonnage des quatre caissons lumineux en applique sur les mats des feux de signalisations destinés aux piétons.
Ces boitiers qui affichent «Dont’walk – DANCE» en lettres lumineuses représentent alors les seuls points lumineux du carrefour et même du quartier entièrement plongé dans le noir…
Ce dispositif fabriqué en atelier pour une exposition antérieure fonctionne sur batteries et aura une autonomie de 20 heures. Deux d’entre eux auront été volés durant la nuit.

Image

Image

Image

Image

Dance Traffic Signals Project – Installation de 4 prototypes lumineux fonctionnant sur batteries la nuit du «New York City Black Out»
Caissons en contre-plaqué laqué – Diffusant – Leds – Batteries 12 volts – New York – Brodway – 2003